« Si tu étais venu chez nous, nous t’aurions accueilli à bras ouverts... mais tu es venu ici chez toi, et on ne sait comment t’accueillir chez toi »

Henri Hiro         Tiare 

          Tahiti... 'Ia mana te nūna'a mā'ohi

 

 Il est un beau jardin, un éden sur une île

 Fief du ari'i Tū, patrie du tāmūrē,

 Convoitise de Cook, Wallis et Bougainville.

 La Mission prêche, bénit Papeete.

 

La France sacrifie la vindicte indigène

         Sur l’autel bleu lait sang d’un dieu décoquillé ;

         La parure étêtée d’une archaïque reine,

         Sur le Diadème, miroite au mât sacré.

 

Les alizés soufflent sur la Polynésie

Messagent l’archipel de la Société ;

L’Océanie devient terre de colonie,

Et les îles du Vent, mer de cupidité.

 

Le temple Paofai emmesse les dimanches,

Un choral protestant clame les hīmene ;

         Les coiffures fleuries, les longues robes blanches,

Confessent la rancoeur des probes vahine.

 

 Mais Nouvelle-Cythère est calice d'idylle;

 Hibiscus, orchidées, pandanus, tiare,

 Fleurent en paradis les beaux atours de l’île ;

 Les mā'ohi vivent d’amour en leur fare.

 

 Son pied bot ensablé, un cocotier s’épanche

 Par-dessus l’eau turquoise au corail irisé ;

 Le soleil décroise sur la barrière blanche

 Les rais polychromes d’un lagon diapré.

 

Un pāreu se mouille...impression exquise.

         Quand une naïade s’amuse de Gauguin,

         Il en fait sa Grâce, sa muse ou sa marquise.

         Débauche des couleurs, impudeur du dessein.

 

Dans une luxure de riante verdure,

         La beauté ingénue d’une enfant de là-bas

         Envoile ses tableaux d’une lumière impure,

         L’aime en son atelier, vit à Punaauia.

 

Au bout du front de mer l’avant-port ensoleille ;

         Les pirogues voguent, bercent les bonitiers ;

         Les trucks ronflent flonflon, le marché embouteille,

         On déballe tapa, tīfaifai et colliers.

 

La rue coloniale aux balcons de dentelle

         S’habille en couleur, se grise de senteurs ;

         Le tāne nonchalant embrochette et ficelle

         Poissons en écailles, se rit du vent d’ailleurs.

 

Temps de félicité, de joie sanctifiée,

         Le Heiva chante 'ūtē et tārava ;

         Tō'ere et pahu déhanchent les more,

         Un ukulele joue de doux 'aparima.

 

Arrive le jour où mon bateau prend la quille,

         M’encoquille l’âme, jette mon coeur à bas,

         M’emporte poursuivre ma route à la godille.

         Glorieux fenua... Māuruuru 'e nana.     

 © Clovis 2019    Séjour en Polynésie 1980 - 1982

                                                 Coquillage


    (clic pour agrandir)












 

      haut                                                                  

 
 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam